noisetier

Dés que j’ai un peu de temps, je bouquine, regarde des vidéos, consulte des sites de jardinage et essaie de comprendre ce que je dois planter, semer, quand, comment, où ? Mais là c’est du concret, c’est livre en main et paquets de graines dans la poche que je me suis lancée à corps perdu dans les plantations…

La semaine du 4 avril, dans mon premier rectangle (à gauche sur l’image ci-dessous), j’ai semé de la roquette, des épinards fraise, des navets et des radis. Dans le second, des pois gourmands et dans le troisième rectangle, rien pour le moment !

Et puis je parlais ici de grandes zones de ronces et de noisetiers à nettoyer, j’ai donc commencé (avec un coup de pouce) à couper, arracher et nettoyer ce que je pouvais. Il est pas beau le noisetier ?

vache

On a également récolté de la sève de bouleau, il parait que c’est bon pour… euh un peu tout !
Et puis, j’étais avec mon fils et des amis, nous avons donc passé du temps à l’essentiel : manger, jouer, nous promener et aller rendre visite aux vaches !

Le week-end du 16 avril, je suis retournée seule au jardin pour deux vrais jours de travail.  Quelle belle surprise : j’ai découvert que mes premiers semis avaient déjà levé. OoOoooh ! J’étais drôlement fière.

semis

Ça m’a vraiment motivée, malgré la pluie presque constante, à faire un tas d’autres plantations et de semis.IMG_0366

  • des graines de bettes dans le second rectangle et au pied de deux arbres : nous verrons bien où elles se plaisent le plus …
  • des graines de betteraves
  • 12 plants de laitue dans le troisième rectangle. Si ça marche, il va falloir manger beaucoup de salade, mais je ne pouvais pas en acheter en plus petite quantité !
  • entre les plants de laitues, j’ai semé du mesclun, des carottes et des panais et j’ai planté des oignons
  • j’ai ensuite alterné des lignes de betteraves avec des lignes de carottes et panais.

Le long des rectangles, j’ai également dégagé 6 carrés pour y semer des fleurs « protectrices du potager », et comme j’avais trop d’oignons, j’en ai replantés quelque uns dans ces carrés.

Voici le schéma :

plan des semis

 

 

J’ai également planté des pommes de terre à la place des ronces et des orties que j’ai d’arracher. Voici une photo avant et une photo après :

IMG_0378 IMG_0375

J’ai également semé par-ci, par-là du persil et du basilic.

J-6 avant d’y retourner : pour semer encore et encore. Mais je suis surtout impatiente de voir le résultat de mon travail. Je suis un peu inquiète  car la météo est repassée en mode hiver : pluie, froid. Et puis il y a les limaces… Pourvu qu’elles m’aient laissé au moins une salade sur les douze !

 

Astuce : comme je n’avais pas d’étiquettes pour marquer mes semis, j’ai retourné des petits pots en terre cuite sur lesquels j’ai écrit ce que je plantais au crayon de papier. Ça tient bien malgré la pluie et c’est mimi comme tout.

Leçon : Finalement, en étant sur le tas, j’ai eu beaucoup de mal à décider où et comment semer et associer les plantes. Les principes de la permaculture sont  encore trop théoriques pour appliquer quoique ce soit. J’ai planté comme j’ai pu.
Cette année, je pense donc que je vais tout simplement observer ce qu’il se passe dans mon potager et le reste du jardin. Et puis si j’apprends déjà à reconnaître une pousse de radis, d’une « mauvaise » herbe : ce sera un grand pas !